Chrome et ad-blocker : la sécurité en priorité

Ces dernières semaines, nous sommes revenus pour parler de la possibilité que Google rende les bloqueurs d’annonces moins efficaces qu’ils ne le sont actuellement, en introduisant de nouveaux messages pour les développeurs impliqués dans la création des extensions à allouer au navigateur. Des rumeurs circulent également quant à leur utilisation exclusive des comptes d’entreprise (moyennant des frais). Aujourd’hui, le groupe Mountain View clarifie sa position et nous éclaire sur ce qui va se passer, avec un billet publié sur les pages du blog consacrées à la sécurité. Tout est bien résumé par la phrase qui ouvre le discours.

Non, Chrome ne tue pas les bloqueurs de pubs. On les rend plus sûrs.

Chrome : les bloqueurs de publicité plus sûrs

Les changements qui affecteront l’utilisation des API seront introduits par l’arrivée du Manifeste V3, désormais bien connu, dans le but de rendre les composants supplémentaires du navigateur de plus en plus sûrs, tout en améliorant les performances et en soulevant de nouvelles défenses pour protéger la confidentialité.

Les plaintes des développeurs et des utilisateurs au sujet des changements sont principalement liées au choix de rendre obsolète l’utilisation de l’API de requêtes Web sur laquelle, jusqu’à présent, plusieurs extensions ont été utilisées, y compris les bloqueurs d’annonces. A sa place, bigG fournira l’API Declarative Net Request, mais jugée moins efficace en raison de la façon dont les requêtes liées au contenu des pages chargées dans Chrome sont traitées.

API : Web Request et Declarative Net Request

Selon Google, 42 % des extensions malveillantes supprimées du Chrome Web Store l’an dernier étaient basées sur l’API de requêtes Web, permettant à un développeur malveillant de mettre la main sur des données telles que les messages envoyés par l’utilisateur, les informations d’identification de compte ou les photos chargées. D’où la décision compréhensible de prendre sa retraite.

L’API de requêtes Declarative Net fonctionne différemment : au lieu d’analyser l’ensemble du paquet transmis entre le serveur et le client, elle peut définir des règles que le navigateur doit respecter lors du chargement des pages. En d’autres termes, l’extension n’analyse plus directement l’information, mais indique au navigateur comment se comporter en présence de certains contenus (comme les publicités). Selon Google, la protection de la vie privée et la vitesse de navigation en bénéficieront.

Le principal problème pour les développeurs est le plafond du nombre de règles à fixer, initialement fixé par le groupe Mountain View à 30 000. Ceux qui gèrent un bloqueur d’annonces le considèrent comme insuffisant, ayant parfois affaire à des centaines de milliers de variables sur lesquelles agir. Certaines personnes ont demandé au moins 500 000 $. Aujourd’hui, bigG prouve qu’il a écouté et recueilli des réactions, ce qui porte la limite à 150 000. Ce stade, on ne peut exclure que le seuil ne puisse pas être retouché ultérieurement vers le haut.

 

Attention ! Je voudrais que vous vous assuriez d’être en partenariat avec une entreprise que vous pouvez utiliser pour gagner de l’argent grâce aux produits de grandes marques du secteur high-tech ! Des produits comme des casques audio Bose, trottinettes Xiaomi M365 etc… Plus d’infos juste là => http://bit.ly/2WEAlmI

Partager cet article

Laisser un commentaire

OFFRE GRATUITE LIMITEE !

GAGNEZ DE L'ARGENT
AVEC LE HIGH-TECH !

Cliquez sur le lien pour en savoir plus :)
Offre 100% gratuite, aucune obligation d'achat.
close-link