Actualités Tech

Ex-Sony Manager : les jeux deviennent trop gros et trop chers

Ex-Sony-Manager: Spiele werden zu groß und zu teuer
Ex-Sony Manager : les jeux deviennent trop gros et trop chers
Photo : Activision

Shawn Layden, le patron de longue date des studios de jeux de Sony, préconise le développement de jeux plus courts et moins chers. La tendance actuelle vers des jeux toujours plus grands et plus complexes est  » ?tout simplement pas durable“.

Les coûts de développement auraient été d’environ un million de dollars US par jeu il y a de nombreuses années, explique M. Layden dans une interview avec VentureBeatmais a depuis doublé par génération de console. Actuellement, le développement d’un grand blockbuster, sans le budget marketing, coûte entre 80 et 150 millions de dollars US et entre trois et cinq ans – dans l’espoir que cet investissement risqué sera rentable.

Le modèle ne peut pas être chargé davantage

M. Layden ne considère pas qu’un nouveau doublement de ces coûts avec l’introduction de la PlayStation 5 et de la Xbox Series X soit viable, après tout le secteur ne peut pas croître indéfiniment pour générer des chiffres de vente suffisants. Toutefois, le développement sera plus coûteux en raison des attentes croissantes en matière de jeux, qui résulteront de l’amélioration du matériel. Selon M. Layden, il n’y a guère de potentiel d’économie, car les coûts dans l’industrie du jeu sont principalement supportés par les employés.

Layden est donc menacé par une multiplication par dix des coûts tout en maintenant un prix de vente fixe de 60 dollars. Il demande ici une plus grande flexibilité, car contrairement à un film, qui peut être proposé d’abord au cinéma puis dans les magasins, il n’y a qu’une seule chaîne pour les jeux. Après le grand jour, seuls les DLC ou le contenu des abonnements saisonniers pouvaient encore rapporter de l’argent. Les microtransactions ne sont pas mentionnées dans ce contexte, bien qu’elles n’offrent presque jamais de véritable contenu ludique.

La solution : un acteur de taille réduite

Le secteur doit donc s’interroger sur ce qu’il offre réellement, sur les attentes des acheteurs et sur la meilleure façon de transmettre les histoires et les déclarations. Il ne s’agit pas nécessairement d’un jeu de 50 ou 60 heures extrêmement coûteux à produire. Au lieu de construire un tel produit pendant cinq ans, on peut aussi imaginer un jeu qui ne prend que trois ans à produire et qui offre 15 heures de jeu. La base de cette considération est la compréhension de Layden des jeux comme une forme d’art dans laquelle jusqu’à trois personnes peuvent mettre en œuvre une idée ou transmettre un message.

D’un point de vue personnel, Layden est également en faveur de jeux plus courts. Cette longueur permettrait de terminer plus d’histoires et en même temps « .plus concis, plus convaincant« Des jeux à vivre. De même, l’année dernière, Amy Hennig avait fait valoir qu’il y a encore une place pour ce type de titre sur le marché.

Partager cet article
Robin Vigneron

About author
Robin est un passionné de nouvelles technologies et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleurs bons plans et astuce High-Tech !
Articles