Actualités Tech

Fritz ! Box : L’AVM interdit la vente de routeurs d’occasion

Fritz!Box: AVM untersagt Verkauf von gebrauchten Routern

Le spécialiste des routeurs AVM a fait interdire au détaillant en ligne Woog, par ordonnance judiciaire, de revendre 20 000 exemplaires usagés du câble Fritz!Box 6490. Le fabricant est surtout gêné par les changements de micrologiciels des routeurs fournis auparavant par les opérateurs de réseau.

Par exemple, la société Woog, spécialisée dans le recyclage des technologies usagées, a échangé le micrologiciel spécial des routeurs utilisés par les fournisseurs contre celui utilisé pour les appareils issus du libre-échange. Il s’agit d’un processus normal pour le concessionnaire, mais l’AVM le considère comme « une modification du produit non autorisée“.

Des fronts renforcés

Aujourd’hui, ce litige occupe la justice allemande. La principale question est de savoir si et dans quelle mesure les distributeurs peuvent installer des microprogrammes sur des appareils d’occasion contre la volonté du fabricant. Les routeurs DSL, en particulier, ne posent pratiquement aucun problème à cet égard ; contrairement aux appareils câblés, ils fonctionnent généralement sans problème dans tous les réseaux et peuvent être fournis avec des mises à jour logicielles même après la revente.

Avantages pour le client

Cependant, les fabricants adaptent souvent leurs appareils de manière considérable et les limitent par quelques fonctions. Si celles-ci sont triées ou utilisées dans un autre réseau, la fourniture de mises à jour est également interrompue, car celles-ci sont distribuées par les opérateurs de réseau. C’est souvent le cas des variantes de câble en particulier, car les appareils sont également adaptés au réseau de l’opérateur respectif.

Pour le client, cependant, un tel appareil remis à neuf et apparemment sans défaut peut valoir la peine. Woog ne demande que 70 euros pour un câble Fritz!Box 6490 complètement révisé avec un micrologiciel modifié – le prix de vente d’un appareil neuf correspondant est actuellement d’un peu moins de 160 euros.

Câble AVM Fritz!Box 6490
Câble AVM Fritz!Box 6490

Injonction provisoire et arrêt des ventes

Ces routeurs sont également très populaires auprès des clients. Selon ses propres déclarations, Woog aurait déjà vendu environ 10 000 unités jusqu’à ce que l’AVM cesse toute nouvelle vente à la mi-février par le biais d’une injonction temporaire obtenue auprès du tribunal régional de Munich I (réf. : 33 O 1703/20).

Aujourd’hui, les deux parties se font face dans un conflit juridique. L’AVM plaide pour le droit à sa propre marque, qui, selon le règlement de l’UE sur les marques, permet aux fabricants d’en interdire l’utilisation. Cependant, le législateur n’a pas fixé les obstacles à ce niveau. Le fabricant doit prouver qu’il existe des raisons légitimes pour une interdiction. Elles peuvent être données, par exemple, si l’état des marchandises change ou se détériore.

L’AVM voit un risque pour la sécurité.

Le fabricant du routeur fait également valoir qu’il existe un risque de sécurité accru si la version originale du micrologiciel destinée à l’appareil concerné n’est pas installée. En outre, AVM cite un arrêt de la Cour fédérale allemande de justice (BGH) de 2004, selon lequel un fabricant de téléphones portables peut interdire à d’autres entreprises de retirer le verrou de la carte SIM des appareils qu’il fabrique.

… Woog, en revanche, plus de sécurité

Les avocats de Woog affirment que les routeurs ne sont aucunement altérés, mais que le revendeur s’assure même qu’ils le sont ».parfaitement fonctionnel et sûr » peut être utilisé. Certains des appareils cités dans le litige dataient de cinq ans et le micrologiciel qui y était installé était tout sauf à jour, de sorte que leur utilisation ultérieure pouvait être considérée comme un risque pour la sécurité.

Les avocats se réfèrent également à un arrêt de la Cour fédérale de justice (BGH) des années 1980. Selon cette disposition, il n’y aurait pas de violation si l’intervention contestée « n’a pas d’effet négatif sur les marchandises“. Le directeur général de Woog, Carlos Faber, demande également si AVM se préoccupe moins de la sécurité et plus de ses propres chiffres de vente.

C’est aussi une question de protection de l’environnement

Si Woog et AVM ne parviennent pas à un accord à l’amiable ou si le concessionnaire est battu dans le litige, les 20 000 routeurs devront être éliminés. Cette attitude pourrait se transformer en boomerang pour AVM, d’autant plus que l’entreprise insiste sans cesse sur la longévité de ses produits et sur sa politique de mise à jour durable, surtout à une époque où la population est de plus en plus sensibilisée à l’environnement et où les montagnes de déchets électroniques sont déjà importantes.

Mise à jour 31/03/2010 10:31

Mise à jour 15.05.2020 09:39

Partager cet article
Robin Vigneron

About author
Robin est un passionné de nouvelles technologies et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleurs bons plans et astuce High-Tech !
Articles