in

HyperX Solocast dans le test – TechAstuce

tl; dr: Le microphone à condensateur sur pied HyperX Solocast offre aux streamers et aux podcasteurs une bonne introduction aux sphères sonores supérieures pour 75 euros. Par rapport à la concurrence plus chère, cependant, il y a aussi des limites à vivre: le Solocast est particulièrement troublé par le mauvais découplage.

Conception et traitement

Avec un PDSF de 75 euros, le Solocast du fabricant de périphériques HyperX, qui appartient au genre de plus en plus populaire des micros mini USB, est deux fois moins cher que le dernier testé Wave: 3 d’Elgato (test). Le représentant moins cher a quelques similitudes avec cela, mais encore plus de différences.

HyperX Solocast dans le test

Le contenu de l’emballage du présent candidat au test est également très gérable: outre le microphone lui-même, il comprend également un petit support amovible et un câble USB Type-C de deux mètres. Alors que le Wave: 3 doit être vissé sur un pied de microphone plus grand à l’aide de l’adaptateur fourni et du support pivotant, le Solocast y est directement fixé. Ici aussi, un filetage 3/8  » ou 5/8  » sert de connexion. Les accessoires supplémentaires, par exemple sous forme de protection anti-pop, ne sont pas inclus.

Presque exclusivement en plastique

Avec son apparence et un poids total d’environ 429 g, le Solocast semble très massif. Contrairement au Wave: 3, cependant, il est presque entièrement en plastique. Seule la protection du microphone est en métal, il en va de même pour le faible poids sous la plaque de base, qui donne au pied de microphone la masse nécessaire pour qu’il ne se renverse pas au moindre mouvement.

Le support du Solocast by HyperX est principalement en plastique
Le support du Solocast by HyperX est principalement en plastique

Le bras sur lequel le microphone est accroché peut être incliné vers l’arrière d’environ 45 degrés, sur le côté, il est de 45 et 90 degrés. La vis fixée au joint assure également un verrouillage sûr et stable. Un marquage est attaché à la fois au microphone lui-même et au support pour une meilleure orientation de sorte que l’unité d’enregistrement puisse toujours être insérée face vers l’avant. Néanmoins, le Wave: 3 a un peu plus de flexibilité en termes d’alignement.

L’intérieur de la bague de montage est légèrement caoutchouté pour le découplage, ce qui est destiné à empêcher les vibrations émanant de la base. Cela paraît nécessaire en particulier parce que le microphone se présente déjà comme une affaire tremblante dans laquelle le simple fait de taper sur un clavier suffit à produire des mouvements clairement visibles.

L'HyperX Solocast peut également être incliné latéralement
L’HyperX Solocast peut également être incliné latéralement

Peu d’équipement

À l’arrière du capteur de son se trouve la connexion USB Type-C, qui transmet les données via USB 2.0. La fonction de mise en sourdine du microphone est située sur le dessus et l’activation du microphone est indiquée par le capteur capacitif via le voyant LED rouge à l’avant: Si la LED rouge est allumée en permanence, le microphone est ouvert, si la LED clignote, il est coupé. La mise en sourdine n’entraîne pas de bruit indésirable.

Il manque une connexion casque pour une surveillance sans latence, de même que d’autres options pour régler le volume d’enregistrement ou la suppression du bruit. Il en va de même pour une connexion analogique, ce qui signifie que le Solocast est un pur microphone USB. L’utilisateur doit donc s’appuyer sur les convertisseurs installés par le constructeur et ne peut pas améliorer la qualité via une interface audio de meilleure qualité si nécessaire.

Avec le filetage 3/8 '' et 5/8 '', le Solocast peut également être monté sur des bras de microphone
Avec le filetage 3/8  » et 5/8  », le Solocast peut également être monté sur des bras de microphone

Minimum technique

Selon HyperX, le Solocast est principalement destiné aux streamers et aux «créateurs de contenu» qui, avec sa caractéristique cardioïde, devraient permettre la plus grande plage d’utilisation possible. Le microphone à condensateur électret permet des enregistrements avec une fréquence d’échantillonnage de 8 kHz, 16 kHz, 32 kHz, 44,1 kHz et 48 kHz avec une résolution de 16 bits. Les premières restrictions par rapport aux représentants plus chers tels que le Wave: 3, qui offre des enregistrements jusqu’à 96 kHz en 24 bits, sont déjà évidentes ici. Selon le fabricant, la plage de fréquences doit être comprise entre 20 Hz et 20 kHz.

Le port USB-C ne fournit que la vitesse 2.0
Le port USB-C ne fournit que la vitesse 2.0

Comme beaucoup de ses concurrents, le Solocast est un microphone mono pur, même si l’enregistrement est émis via deux canaux. La localisation spatiale de la voix, par exemple lorsque deux personnes parlent, n’est donc pas possible. Il n’y a pas non plus de fonctions supplémentaires implémentées dans le matériel, telles que la suppression du bruit, les filtres ou la protection contre les surcharges.

HyperX ne fournit pas non plus de logiciel permettant un contrôle de base et le filtrage du bruit de fond et du bruit. Le Solocast est certifié pour Discord et TeamSpeak et devrait également fonctionner avec diverses plates-formes de streaming telles que Streamlabs OBS, OBS Studio ou Xsplit. De plus, le microphone peut être connecté à n’importe quel DAW commun («Digital Audio Workstation»). Les éventuelles interventions sonores doivent alors être effectuées via ce dernier.

Sur la page suivante: Son et conclusion

Partager cet article
Robin Vigneron

Par Robin Vigneron

Robin est un passionné de nouvelles technologies et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleurs bons plans et astuce High-Tech !

De la communauté: fil de discussion pour les jeux vidéo [Notiz] 15

De la communauté: fil de discussion pour les jeux vidéo [Notiz]

KFConsole: Mini PC de jeu avec Intel NUC 9 Extreme et GeForce RTX 16

KFConsole: Mini PC de jeu avec Intel NUC 9 Extreme et GeForce RTX