La Russie et son influence sur les élections européennes

Quelques semaines après les élections qui ont renouvelé la composition du Parlement européen, Bruxelles présente un rapport sur la question de la désinformation qui fait référence à l’activité menée sur les réseaux sociaux par des sujets indéterminés considérés comme proches de la Russie dans le but d’influencer les citoyens du vieux continent appelés à voter. Une dynamique similaire à celle déjà enregistrée aux États-Unis à l’occasion des élections présidentielles de 2016 qui ont amené Donald Trump à la Maison-Blanche.

Russie, élections sociales et européennes

Dans le communiqué de presse, il s’agit de faire le point sur les initiatives prises jusqu’à présent pour lutter contre ce phénomène, sur l’efficacité des mesures mises en œuvre et sur les aspects qui peuvent encore être améliorés. Le passage que nous considérons comme le plus intéressant est celui qui fait explicitement référence aux activités interceptées sur les plateformes en ligne pendant la période où le débat lié à la campagne électorale a commencé avant que les résidents des Etats membres soient appelés à voter.

On parle d’ingérence perpétrée dans le but de pousser le taux d’abstention (le taux de participation enregistré est de 50,95%, +8,34% par rapport à 2014) et de polariser les opinions sur des questions sensibles comme l’immigration ou la souveraineté. Quelque chose vous dit quelque chose ?

… les preuves recueillies montrent une activité continue et prolongée de la part des sources russes, visant à réduire le pourcentage des électeurs et à influencer leurs préférences. Ils couvrent un large éventail de sujets, allant de la remise en cause de la légitimité démocratique de l’Union au déclenchement de débats publics qui divisent sur des questions telles que l’immigration et la souveraineté.

Désinformation et politique, pas seulement en Russie

Bruxelles, sans mentionner directement les noms, prénoms, partis ou mouvements (tout le monde peut le faire lui-même), s’en prendre à des hommes politiques nationaux qui, dans le but de gagner la sympathie et les préférences de l’électorat, adoptent des méthodes de langage et des techniques de communication considérées comme conformes à celles que l’on appelle la désinformation.

Cela confirme que les campagnes de désinformation menées par des entités liées ou non à un État constituent une menace pour l’Union européenne. Une tendance est en cours dans laquelle les sujets encouragent les opinions extrémistes et polarisent le débat local, y compris par le biais d’attaques sans fondement contre l’UE. Les protagonistes de la politique nationale adoptent souvent cette approche et les mêmes méthodes pour exposer les arguments utilisés par les sources russes en question pour montrer du doigt l’Europe et ses valeurs.

Selon le rapport, les pratiques liées au territoire de désinformation identifié dans la dernière période et attribué à des sources russes sont passées de 434 en janvier 2018 à 998 en janvier 2019. Il est également fait mention de l’utilisation d’images de l’incendie de Notre-Dame pour appuyer des thèses liées au déclin des valeurs chrétiennes et européennes. Dans ce cas, les algorithmes de YouTube ont également enregistré un faux pas.

 

Ici Robin ! J’aimerais dire que je travaille avec un petit ami qui peut vous offrir une médaille d’argent pour des produits de qualité dans le monde de la haute technologie ! Des produits tels que des casques audio Bose, trottinettes Xiaomi M365 etc… Plus d’infos ici => https://bit.ly/2WEAlmI

Partager cet article

Laisser un commentaire

OFFRE GRATUITE LIMITEE !

GAGNEZ DE L'ARGENT
AVEC LE HIGH-TECH !

Cliquez sur le lien pour en savoir plus :)
Offre 100% gratuite, aucune obligation d'achat.
close-link