L’affaire St3pny : que s’est-il vraiment passé ?

La semaine qui s’achève a vu, entre autres, l’explosion de l’affaire St3pny. Le surnom n’est peut-être pas connu des lecteurs réguliers de Tech Astuce, mais c’est l’un des jeunes les plus suivis dans notre pays (le septième en nombre d’abonnés, selon Socialblade, mais dans le graphique sont inclus certains étrangers). Stefano Lepri a 3,7 millions d’adeptes et des centaines de milliers de vues pour chaque vidéo téléchargée. Les journaux et TG lui ont donné l’étiquette d’évadé.

L’affaire St3pny : que les choses soient claires

En ce qui concerne la personne concernée et dans l’attente de savoir comment l’histoire va évoluer, nous avons choisi de ne pas rejoindre les rangs des têtes qui ont frappé le monstre à la une. Quoi qu’il en soit, nous pensons que ce qui s’est passé est le point de départ idéal pour la réflexion : le fonctionnement de YouTube et l’activité de ceux qui ont construit leur entreprise sur la plate-forme restent encore peu clairs, tant pour le public que pour les autorités locales.

Le communiqué de presse de la Guardia di Finanza

Tout a commencé par une déclaration publiée sur le site officiel de la Guardia di Finanza, intitulée « Youtuber échappe à l’impôt pour plus d’un million d’euros ». Nous le présentons dans son intégralité ci-dessous, divisé en plusieurs parties afin d’avoir l’occasion d’ajouter, entre une pièce et une autre, quelques considérations.

La Police Financière de la Direction Provinciale de Florence a identifié un « youtuber » (Franceno, 23 ans, résidant dans la province de Florence) qui a exercé professionnellement son activité sur des portails Internet entièrement en noir, avec une évasion fiscale de plus de 1 million d’euros en 5 ans d’activité.

Concrètement, les activités d’investigation et de renseignement des flammes jaunes de la Police Economique et Financière de Florence ont permis de détecter comment le « professionnel du web », entre 2013 et 2018, n’a pas déclaré de revenus pour plus de 600 mille euros et n’a pas payé de TVA pour plus de 400 mille euros.

On parle directement de « business noir » et d' »évasion fiscale ». D’où le choix, par certains collègues, d’utiliser l’étiquette mentionnée plus haut, reprenant en fait un terme utilisé principalement par les Flammes Jaunes. Nous ne disposons pas des outils nécessaires pour faire une estimation du chiffre d’affaires à considérer comme fiable : il existe des outils en ligne qui effectuent le calcul sur la base de paramètres tels que le nombre de membres et les interactions avec les vidéos, mais nous ne pouvons certifier l’exactitude.

L’influenceur était présent sur Internet depuis plusieurs années, où il a publié des vidéos qui parlaient de ses expériences, de ses voyages et de sa vie, ayant plus de 4 millions de followers qui le suivaient assidûment, étant le deuxième en France pour le nombre de followers, avec 1 million de vues par jour.

Le contrôle des flammes jaunes a montré que l’activité du jeune homme s’est déroulée de manière professionnelle, puisqu’il a été rémunéré par les publicités incluses dans les vidéos qu’il publiait quotidiennement sur sa propre chaîne télématique. Les paiements à youtuber étaient alors proportionnels au nombre de visites effectuées par les adeptes.

On y trouve quelques inexactitudes : le nombre d’adeptes n’excède pas 4 millions (mais le chiffre pourrait concerner l’ensemble des profils sociaux, pas seulement YouTube) et la chaîne n’est pas la deuxième plus populaire en France.

En effet, comme c’est le cas dans le secteur de l’édition vidéo systématique, le produit – pour les auteurs des vidéos – peut provenir des paiements qui leur sont versés par les gestionnaires des chaînes web, du fait de la vision simultanée par les utilisateurs (les  » followers « ) de  » swipes  » publicitaires.

Grâce à ce système, même les jeunes peuvent se financer eux-mêmes, comme c’est le cas pour nous. L’attention des flammes jaunes continue d’être élevée à l’égard de ces « nouvelles activités professionnelles », menées, en particulier, à travers les différents portails Internet.

C’est pourtant ce dernier paragraphe et, plus précisément, cette dernière phrase qui constitue le point de départ de la réflexion dont nous avons écrit au début : ce que la Guardia di Finanza définit comme « nouvelles activités professionnelles » ne semble pas encore suffisamment encadré, ni au niveau normatif, ni en ce qui concerne le calcul des impôts.

D’après l’expérience personnelle de l’auteur, la situation est très similaire à celle qui a vu les premiers webmasters et webdesigners faire face à la classification des contrats et aux contraintes professionnelles qui n’ont pas prévu leur figure depuis deux décennies. Bref, l’activité est relativement nouvelle et compte tenu de la rapidité de la croissance de l’entreprise, il est nécessaire de la réguler, tout d’abord pour le bien de ceux qui la pratiquent.

La réponse de St3pny

Voici quelques interventions communes de St3pny suite à l’explosion de l’affaire. Dans les deux cas, en plus de faire des accusations d’appât du gain et de sensationnalisme à ceux qui ont traité l’actualité comme un sujet d’intérêt majeur ces derniers jours (accusations avec lesquelles nous ne sommes pas entièrement d’accord à cause des termes utilisés par la même Guardia di Finanza), le youtuber se plaint des difficultés à communiquer avec les organes institutionnels qui ne connaissent pas le fonctionnement du plateau.

Dans un deuxième film, St3pny explique comment il a toujours déclaré le produit de son activité en tant que youtuber, en payant ses impôts comme prévu. Elle rappelle également qu’à l’heure actuelle, des contrôles sont en place pour vérifier si les méthodes de paiement des impôts utilisées jusqu’à présent sont correctes ou non. On revient donc toujours au même point, celui de la classification d’une figure professionnelle non encore reconnue.

Profession youtuber

Si pour les raisons déjà évoquées nous ne partageons pas pleinement la réaction de St3pny à l’égard de ses collègues, tout en comprenant le moment d’excitation et en nous distanciant de la manière dont, dans certains cas, les nouvelles ont été traitées, nous soutenons la demande du youtuber afin que la clarté puisse être faite sur une profession dont beaucoup (et surtout ceux qui sont appelés à en surveiller et en régler le fonctionnement) ne savent ni comment ni comment.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

OFFRE GRATUITE LIMITEE !

GAGNEZ DE L'ARGENT
AVEC LE HIGH-TECH !

Cliquez sur le lien pour en savoir plus :)
Offre 100% gratuite, aucune obligation d'achat.
close-link