Actualités Tech

Le TIM a entravé le développement de la fibre

Le TIM a entravé le développement de la fibre 1

L’Autorité Antitrust a sanctionné TIM avec une accusation particulièrement grave pour l’état du haut débit italien : selon l’AGCM, en effet, Le TIM aurait entravé le développement de la fibre précisément là où les besoins sont les plus importants, dans les « zones blanches » où le marché est défaillant et où, en l’absence de conditions d’incitation particulières, les entreprises ne seraient pas immédiatement intéressées par la pose de câbles et l’extension du réseau. La sanction imposée est égale à 116 millions d’euros.

Antitrust : le TIM entrave le haut débit

Selon l’Autorité de la concurrence, TIM aurait expressément cherché à préserver sa position dominante en tant qu’opérateur historique, entravant l’entrée d’autres concurrents (y compris, bien sûr, Open Fiber) et  » .empêcher à la fois une transformation du marché en fonction des conditions de concurrence infrastructurelle et la comparaison concurrentielle régulière sur le marché des services de détail aux clients finaux“. L’AGCOM souligne un aspect fondamental qui sert de contexte à cet arrêt : l’Italie connaît une situation de retard chronique dans la lutte contre la fracture numérique et, depuis des temps peu suspects, certains pointent du doigt le monde de Telecom France pour tout ce qu’a signifié dans le passé le réseau en cuivre.

Lorsque la stratégie anticoncurrentielle a été lancée fin 2016, seulement 18 % environ des logements étaient couverts par un réseau de fibres optiques, ce qui est inférieur à la moyenne européenne de 22 %. Cet écart ne s’est pas réduit au cours des deux années suivantes, lorsque les mêmes taux de couverture sont passés à 23 % pour l’Italie et à 29 % pour l’UE. L’écart de performance en termes de taux de pénétration des utilisateurs est encore plus évident. En décembre 2016, moins de 3 % des lignes fixes à haut débit actives en Italie permettaient des vitesses de téléchargement supérieures à 100 Mbps, alors que la moyenne de l’UE était déjà de 17 %. Ces mêmes chiffres, à la fin de 2018, étaient respectivement de 18 % et 30 %.

Selon l’Autorité, le TIM a mis en place une stratégie anticoncurrentielle encore plus raffinée, « visant à vider par anticipation le bassin de demande contestable par d’autres opérateurs« , au point de faire baisser les prix jusqu’à ce que le marché ne soit plus attractif.

L’Autorité a décidé d’infliger une amende d’environ 116 millions d’euros, en mettant en balance la nécessité d’assurer la dissuasion nécessaire contre d’éventuels comportements futurs et la nécessité que la sanction ne soit pas d’une sévérité injustifiée.

Vu l’importance du chiffre en jeu et la période de complexité particulière dictée par l’urgence Coronavirus, l’AGCM stipule que la pénalité peut être payée avant le 1er octobre.

Partager cet article
Robin Vigneron

About author
Robin est un passionné de nouvelles technologies et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleurs bons plans et astuce High-Tech !
Articles