Lunettes de réanimation cérébrale connectées au cerveau de Facebook

Non seulement Elon Musk avec son Neuralink expérimente l’idée d’une interface homme-machine basée sur la connexion directe d’un appareil avec le cerveau, mais les chercheurs et ingénieurs des Reality Labs de Facebook font la même chose. L’initiative dont nous parlons aujourd’hui fait référence aux lunettes AR qui peuvent interpréter les pensées du porteur en analysant l’activité neuronale.

Facebook Reality Labs comme Neuralink

L’idée est celle menée par Mark Chevillet en collaboration avec l’Université de Californie à San Francisco, qui a promis il y a deux ans de créer une technologie non invasive capable de lire dans l’esprit des gens et de décoder jusqu’à 100 mots chaque minute. Le résultat du développement réalisé jusqu’à présent est bien résumé par la vidéo en streaming ci-dessous : des questions sont posées et les réponses sont collectées à travers le système, ce qui, bien que pas encore parfait dans 100% des cas, s’avère déjà très fiable.

Une telle approche pourrait un jour offrir un réel espoir à ceux qui, pour diverses raisons, souffrent de troubles de la communication, comme ceux qui ont subi des lésions cérébrales à la suite d’un traumatisme ou de l’apparition d’une maladie neurodégénérative. Le focus de Facebook semble en tout cas plus lié à un domaine différent, comme mentionné dans l’ouverture pour la création de lunettes AR capables de superposer des éléments virtuels sur le champ de vision. Une sorte d’alternative à Google Glass, mais fabriquée à Menlo Park.

Pour interpréter les réponses, il suffit de penser et non de les prononcer comme les commandes vocales les plus traditionnelles, des algorithmes formés pour prendre en compte le contexte. En se référant à l’exemple du film, si la question posée (« Etes-vous à l’aise, 1 à 10 ? ») suppose une réplique numérique et que l’IA reçoit quelque chose de similaire à un mot en sortie (« Fin »), la précision peut très probablement être améliorée en recherchant un chiffre qui sonne similaire (« Quatre »).

En tout cas, il n’est pas donné de savoir dans quelle direction le projet évoluera ni s’il se concrétisera un jour avec la mise sur le marché d’un appareil de réalité augmentée capable de lire nos pensées. Considérant qu’il est proposé par un groupe comme Facebook, dont le champ d’action a déjà pénétré profondément dans nos vies, il n’est pas difficile d’imaginer comment un produit de ce type finirait au centre de l’attention en ce qui concerne les implications possibles en matière de vie privée.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

OFFRE GRATUITE LIMITEE !

GAGNEZ DE L'ARGENT
AVEC LE HIGH-TECH !

Cliquez sur le lien pour en savoir plus :)
Offre 100% gratuite, aucune obligation d'achat.
close-link