Actualités Tech

Projet Athena 2.0 : Intel Evo est une malédiction et une bénédiction pour les fabricants de portables

Project Athena 2.0: Intel Evo ist für Notebook-Hersteller Fluch und Segen

Le projet Athena de deuxième génération d’Intel s’appelle Evo. Il contient de nombreux éléments de base sensés qu’un ordinateur portable moderne devrait offrir, mais dans certains endroits, il devient aussi un corset que le fabricant n’est pas autorisé à quitter et qui, en fin de compte, peut potentiellement limiter la variété sur le marché.

L’idée et la base sont bonnes. Les fabricants d’ordinateurs portables reçoivent un plan, pour ainsi dire, selon lequel ils peuvent développer leurs solutions. Les spécifications d’Intel sont destinées à un usage quotidien et portent principalement sur le mode batterie. En prime, l’autocollant électronique, qui est censé mettre en valeur les ordinateurs portables particulièrement performants dans la diversité du marché, permet de respecter le cahier des charges. Mais en dehors de certaines spécifications et optimisations élémentaires, même dans des niches plus petites qui ne sont pas initialement envisagées par le fabricant, il y a aussi des limites. Elles commencent par le système d’exploitation, car officiellement seuls Windows et Chrome OS sont supportés, mais pas Linux.

Les bases d'Evo
Les bases d’Evo (Photo : Intel)

Evo ne permet que des graphiques Xe intégrés

Lors du reportage sur les présentations des nouveaux carnets de notes des différents partenaires, l’équipe éditoriale a également remarqué que ceux-ci diffèrent des modèles de la génération précédente, notamment dans le domaine du graphisme. Ou encore ce qu’Acer, par exemple, a annoncé en juin : un ordinateur portable Tiger Lake avec des graphiques GeForce, qui, étonnamment, n’existe plus dans cette configuration.

La raison en est Evo : comme Intel l’a expliqué hier encore à la demande de Tech Astuce, la spécification Evo ne permet pas de solution graphique discrète. Cela explique non seulement l’abandon de la GeForce par Acer, mais aussi la scission d’Asus : le ZenBook 14 Ultralight avec les graphiques Xe correspond à Evo, mais le même portable avec la GeForce MX450 ne correspond plus. Il en va de même pour les nouvelles solutions de MSI à Tiger Lake.

La spécification peut être consultée en deux parties à la fin. Les performances graphiques intégrées de Xe devraient suffire à la plupart des utilisateurs et des applications – c’est également l’argumentation d’Intel. Néanmoins, les concurrents des GPU sont laissés de côté par le cahier des charges. AMD et Nvidia n’existeront jamais dans un notebook Evo dans l’état actuel des choses et le déménagement rendra probablement plus difficile pour les deux parties de trouver de la place dans des appareils autres que les notebooks de jeux.

Écrans tactiles de préférence, combinaisons d’affichage et de batterie adaptées

En coulisses, la spécification Evo est pratiquement un système de points. Chaque composante doit répondre à une norme minimale et reçoit des points à cet effet. Si elle est trop remplie, il existe des points bonus qui peuvent compenser d’autres domaines. Ainsi, Intel a expliqué sur demande que les écrans tactiles sont préférés, par exemple. Dans ce cas, cependant, les solutions non tactiles ne sont pas complètement exclues, mais le fabricant devra faire plus d’efforts dans d’autres domaines pour compenser les points manquants pour l’objectif de classification Evo.

Intel ne donne les spécifications complètes aux partenaires que dans le cadre de la NDA, elles comprennent près de 80 pages. Il y est dit, par exemple, qu’il n’y aura pas d’ordinateurs portables de 17 pouces. Dans ce cas, cependant, non pas parce qu’Intel interdit la taille de l’écran, mais simplement parce que la longueur et la largeur des ordinateurs portables sont définies à un maximum qui dépasserait tout modèle de 17 pouces. De plus, les solutions à double écran n’auront pas d’autocollant dans cette génération.

Il y a des gradations dans la solution de batterie en fonction de l’écran utilisé, car il est bien connu que les écrans haute résolution sont des gourmands en énergie, contre lesquels même Intel avec des spécifications trop strictes ne pourrait rien faire. Avec un affichage Full-HD, il faut atteindre au moins neuf heures d’autonomie à 250 cd/m², avec un affichage QHD, l’objectif tombe à huit heures, avec une solution 4K à sept heures. La technologie d’affichage restera l’un des chantiers de construction pour les prochaines années, et la réduction de la consommation d’énergie peut avoir un impact majeur.

A partir de n’importe quel OEM, les prix sont d’environ 700 euros

Au final, cependant, presque tous les équipementiers seront à bord du bateau Evo et proposeront au moins un ordinateur portable correspondant. La première génération Athena a produit 50 solutions, le successeur Evo est censé proposer 20 produits d’ici la fin de l’année. Ils viennent d’Acer, Asus, Dell, dynabook, HP, Lenovo, LG, MSI, Razer et Samsung. Ils commenceront à environ 700 euros ; Acer a annoncé cette fourchette de prix.

Partager cet article
Robin Vigneron

About author
Robin est un passionné de nouvelles technologies et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleurs bons plans et astuce High-Tech !
Articles