Actualités Tech

Samsung Galaxy Book S avec Snapdragon 8cx en test

Samsung Galaxy Book S im Test: ARM drin bedeutet nicht arm dran

Tl;dr : Samsung revient sur le marché allemand des ordinateurs portables avec le Galaxy Book S. Le Snapdragon 8cx, la troisième génération d’ordinateurs portables SoC de Qualcomm, est le premier ordinateur portable conçu spécifiquement pour cette catégorie de produits. Dans le test, le matériel est convaincant dans presque tous les domaines, mais Windows 10 sur ARM a un potentiel d’amélioration.

Alors que les rumeurs vont bon train sur les MacBooks équipés de processeurs ARM pour l’année à venir, Qualcomm et ses partenaires sont déjà arrivés à la troisième génération d’ordinateurs portables correctement équipés. Qualcomm appelle cette nouvelle catégorie « Windows on Snapdragon » ou « Always Connected PC », tandis que d’autres l’appellent « Windows 10 on ARM ». Après les premiers appareils utilisant encore des SoC de smartphones plus ou moins convertis, Qualcomm Snapdragon 8cx est la première plateforme développée explicitement pour les ordinateurs portables. Il est utilisé, par exemple, dans le Samsung Galaxy Book S avec Windows 10 sur ARM, qui a récemment été lancé sur le marché allemand. Chez Microsoft, Snapdragon 8cx est représenté sous une forme modifiée comme « son propre » SQ1 dans Surface Pro X.

Disponibilité et prix

Après des années d’abstinence, le Galaxy Book S représente le retour sur le marché allemand des ordinateurs portables pour Samsung. Présenté en août 2019 parallèlement à la Galaxy Note 10 et à la Note 10+ (test), il aurait dû être lancé en Allemagne au début du quatrième trimestre 2019 selon les plans initiaux. Toutefois, le lancement en octobre ne s’est pas concrétisé, de sorte que le mois de mars a été fixé comme nouvelle date pour le CES en janvier de cette année. Le Galaxy Book S est disponible dans la boutique en ligne de Samsung depuis le 17 mars, mais les appareils de test pour la presse ne sont disponibles auprès du fabricant que depuis quelques jours.

Samsung propose le Galaxy Book S dans une configuration unique avec Qualcomm Snapdragon 8cx, 8 Go de RAM et 256 Go de mémoire extensible pour 1 099 euros. Il n’y a qu’un choix de couleurs : Gris Mercure (appareil de test) et Or Terreux.

Données techniques en un coup d’œil

Galaxy Book S en compétition à la moitié de son poids

Avec seulement 961 g, le Galaxy Book S est de loin l’un des ordinateurs portables 13 pouces les plus légers du marché. L’éditeur utilise un Dell XPS 13 pour les salons et autres événements depuis plusieurs années, mais le Galaxy Book S joue dans une toute autre ligue en termes de poids et de dimensions. En comparaison directe, l’Ultrabook réellement compact semble soudain beaucoup plus encombrant, bien qu’il ne le soit évidemment pas.

Le fait que le Galaxy Book S ne fasse que 6,2 à 11,8 mm d’épaisseur est dû à sa conception, qui ressemble plus à un smartphone qu’à un ordinateur portable. Le Snapdragon 8cx est refroidi de manière purement passive ; les blocs de refroidissement et les caloducs, les ventilateurs ou les bouches d’aération ne sont donc pas nécessaires. L’affaire est autonome comme un smartphone. Le matériel n’est probablement pas inaccessible, mais il n’y a pas d’accès direct par le bas ou par le clavier. Le fait que le châssis et la base se composent de deux éléments est démontré par une interruption complète des deux éléments. Les vis sont potentiellement cachées sous les pieds caoutchoutés de l’ordinateur portable. Toutefois, le démontage, peut-être irréparable, a été évité pour le test.

Deux USB de type C doivent suffire

Le boîtier en aluminium est également très fin car les utilisateurs doivent se passer de toutes sortes de connexions. Le Galaxy Book S n’offre que deux ports USB 3.1 Gen 2 Type C (10 Gbit/s) et un port pour casque d’écoute. Sur la face inférieure, il y a également un emplacement pour une nano-SIM et une carte mémoire microSD – cela rappelle aussi les smartphones. Pour ceux qui ont besoin de plus de connexions, le EE-P3200 est un adaptateur multiport adapté pour 50 euros, qui fournit une HDMI (jusqu’à 4K/30 Hz) comme mode alternatif pour l’USB ainsi qu’un USB de type A et C une fois chacun. L’ordinateur portable est livré avec un adaptateur USB de type C à A, par exemple pour connecter une souris.

Des haut-parleurs étonnamment bons

Les deux haut-parleurs cachés sont étonnamment forts et clairs, et Samsung utilise la marque Harman AKG, qu’elle a acquise il y a quelques années. Les haut-parleurs sont situés en bas à gauche et à droite. Rarement le son d’un ordinateur portable compact avec des haut-parleurs soi-disant faibles a été aussi bon.


Prise USB de type C sur le côté droit
Prise USB de type C sur le côté droit

Bord inférieur de l'écran 13,3 pouces
Bord inférieur de l’écran 13,3 pouces

Profil latéral de la Galaxie Livre S
Profil latéral de la Galaxie Livre S

Profil latéral de la Galaxie Livre S
Profil latéral de la Galaxie Livre S

Le Galaxy Book S s’ouvre par une encoche d’environ 8 cm de large dans la partie avant du châssis, qui est en fait destinée à vous aider à saisir plus facilement le couvercle. Cela fonctionne plus ou moins bien, car Samsung utilise un couvercle en verre légèrement décalé vers l’intérieur pour l’écran, de sorte que les utilisateurs peuvent sentir et saisir les bords du métal et du verre lorsqu’ils atteignent l’encoche. La charnière plutôt rigide fait en sorte que l’ensemble du boîtier se soulève involontairement lors de l’ouverture.

13,3 pouces avec support tactile

L’écran n’est pas seulement doté d’un couvercle en verre pour des raisons de design, mais il combine également un support tactile avec celui-ci. Le Galaxy Book S ne peut pas être utilisé comme une tablette car la charnière permet un angle d’ouverture maximum de 135 degrés. Toutefois, cela suffit pour l’utiliser comme un cahier sur une table ou sur les genoux.

Les reflets ne peuvent pas être évités avec un couvercle en verre. Le panneau de 13,3 pouces avec 1 920 × 1 080 pixels tente de contrecarrer l’effet avec une luminosité moyenne de 375 cd/m². Cela aurait mieux fonctionné avec des valeurs supérieures à 400 cd/m², qui dans le Livre S de la Galaxie ne sont atteintes qu’au milieu de l’écran. Les taux baissent à 357 cd/m² en bas et en haut ainsi que des deux côtés. L’homogénéité de l’éclairage est en moyenne de 92 %. Un très bon 1.668:1 est obtenu dans le contraste statique. Il n’y a rien à critiquer dans l’affichage couleur et le point blanc préréglé de 6 900 Kelvin. Détail intéressant : le panel n’est pas de Samsung, mais de la société chinoise BOE.

Clavier plat avec une bonne sensation de frappe

Le clavier rayonne d’une élégance simple avec ses touches plates et relativement enfoncées. Le gris sélectionné va de pair avec le cas un à un, ce qui renforce l’impression d’une surface cohérente. L’agencement s’avère classique, car Samsung n’utilise pas de touches placées de manière inhabituelle. La touche de saisie droite est conçue avec deux fois la hauteur d’un clavier de bureau et peut être trouvée infailliblement en tapant à l’aveugle. Le fabricant se passe de la disposition en T inversé pour les touches fléchées et fait glisser les touches « gauche » et « droite » à fond au lieu de les faire glisser à mi-hauteur.

L’écriture du Livre S de la Galaxie est très bonne. La frappe est suffisamment longue pour produire un retour d’information suffisant lors de la frappe et en même temps pour amortir légèrement le coup afin d’éviter les bruits parasites. Toutes les clés se trouvent précisément dans le boîtier et ne « flottent » pas lorsque vous essayez de les faire bouger d’avant en arrière. Lorsque la clé est frappée, elle s’enfonce uniformément sur toute la surface. Avec le Galaxy Book S, la rédaction d’articles plus longs ne présentait pas d’obstacle dans la routine éditoriale quotidienne. Bien qu’il faille toujours un certain temps d’adaptation pour atteindre le niveau d’un clavier de bureau familier, les erreurs de frappe étaient plutôt l’exception.

Capteur d’empreintes digitales rapide

Samsung a bien résolu le problème du capteur d’empreintes digitales intégré dans le bouton d’alimentation, qui déverrouille Windows 10 en le raccrochant brièvement. Bien que le bouton semble petit, il n’y a pas eu un seul cas de reconnaissance erronée ou tardive. Le fabricant empêche également d’appuyer accidentellement sur le bouton lorsque l’appareil ne doit être déverrouillé qu’au moyen d’une résistance accrue. Le pavé tactile de 11,5 × 6,1 cm est en verre et possède de très bonnes caractéristiques de glisse. En ce qui concerne les gestes supportés, l’ensemble du portefeuille de Windows 10 est couvert avec jusqu’à quatre doigts.


Capteur d'empreintes digitales dans le bouton d'alimentation
Capteur d’empreintes digitales dans le bouton d’alimentation

Clavier plat avec touchpad de 11,5 × 6,1 cm
Clavier plat avec touchpad de 11,5 × 6,1 cm

Clés plates en vue de côté
Clés plates en vue de côté

Faible éclairage du clavier

Samsung a moins bien résolu le problème de l’éclairage du clavier, qui est clairement trop faible, bien qu’il y en ait exceptionnellement beaucoup à choisir avec trois niveaux de luminosité. En plein jour, l’éclairage, même à son plus haut niveau, ne peut être éteint qu’avec les yeux d’Argus. Dans les pièces obscures, il faut choisir au moins le deuxième niveau, ou mieux le plus élevé, pour pouvoir constater une différence.

Page suivante : Performances et logiciels

Partager cet article
Robin Vigneron

About author
Robin est un passionné de nouvelles technologies et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleurs bons plans et astuce High-Tech !
Articles