Actualités Tech

Volkswagen : le patron du logiciel doit partir au bout de deux semaines

Volkswagen: Software-Chef muss nach zwei Wochen wieder gehen
Volkswagen : le patron du logiciel doit partir au bout de deux semaines
Photo : Volkswagen

Après moins de deux semaines en fonction, Christian Senger, le patron de Volkswagen dans le domaine des logiciels, a dû quitter son poste, rapporte le Revue spécialisée. À Car.Software.Org, un système d’exploitation uniforme doit être créé pour l’ensemble du groupe. L’approche de Sengers pour centraliser le projet aurait rencontré peu d’approbation.

Depuis le début de 2019, Car.Software.Org est le projet Sengers, dans le cadre duquel environ 10 000 employés développent un système d’exploitation uniforme pour le groupe Volkswagen afin d’augmenter la part des logiciels propres au groupe à plus de 60 % d’ici 2025. Comment la Revue spécialisée La part de marché est actuellement de 10 % seulement. Au lieu de cela, le logiciel provient de fournisseurs tels que Continental, Bosch et LG, et chez Volkswagen, il est simplement coordonné et fait pour fonctionner.

Le PDG Herbert Diess avait fait passer Senger de BMW, où il était responsable de la série i, à Volkswagen et l’avait nommé responsable du développement de la série électrique ID. L’ID.3 sera suivi de l’ID.4 en 2020. Senger était le responsable officiel de Car.Software.Org depuis le 1er juillet avant d’être relevé de ses fonctions. Toutefois, Senger doit être maintenu au sein du groupe Volkswagen, car la Revue spécialisée a rapporté le milieu des entreprises, mais à l’avenir, le patron d’Audi, Markus Duesmann, reprendra son poste. Le développement d’un système d’exploitation uniforme continuerait à être la priorité absolue.

Problèmes de développement central

Senger aurait causé des problèmes aux nombreuses factions de Volkswagen qui avaient le droit d’avoir leur mot à dire. Chez BMW, il était habitué à ce que les décisions soient prises par le conseil d’administration, puis mises en œuvre. Chez Car.Software.Org, Senger voulait regrouper les compétences de plusieurs secteurs du groupe Volkswagen de manière centralisée, au lieu de laisser les différentes marques travailler sur le système d’exploitation pour elles-mêmes.

Ce qui, à son tour, n’avait pas été très bien accueilli par les responsables des marques de l’entreprise, qui craignaient une perte d’influence et de pouvoir. Mais il semblerait que les comités d’entreprise n’aient pas été très enthousiastes à l’égard de cette nouvelle approche. Par exemple, les conventions collectives individuelles des marques pour Car.Software.Org ont dû être coordonnées. Un initié a signalé à la Revue spécialiséeque Senger « a toujours demandé de nouvelles ressources, mais sans expliquer ce qu’il fait réellement.« Au final, la résistance est devenue trop importante et Senger s’est fait trop d’ennemis.

Réorganisation du deuxième niveau de gestion

La décision relative au personnel est également une démonstration de pouvoir de la part du patron de VW, Diess, dit-on dans les milieux de l’entreprise. Le chant du cygne des Sengers n’est qu’un exemple parmi d’autres, comme le montre la progression d’Andreas Renschler et de Thomas Sedran à la tête des divisions des camions et des fourgons. Le patron de Skoda, Bernhard Maier, a également dû quitter son poste. De nouveaux dirigeants ont également été nommés ces dernières semaines pour VW, Seat et Audi. Il a déclaré que Diess avait préparé la réorganisation au cours des derniers mois. Le patron de VW avait discuté de ces mesures avec le président du comité d’entreprise Bernd Osterloh et des représentants de la famille propriétaire Porsche/Piëch.

Partager cet article
Robin Vigneron

About author
Robin est un passionné de nouvelles technologies et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleurs bons plans et astuce High-Tech !
Articles